lundi 7 décembre 2009

Survivance des lucioles



"Nous ne vivons pas dans un monde, mais entre deux mondes au moins. Le premier est inondé de lumière, le second traversé de lueurs. Au centre de la lumière, nous fait-on croire, s'agitent ceux que l'on appelle aujourd'hui, par cruelle et hollywoodienne antiphrase, les quelques people,  autrement dit les stars - les étoiles, on le sait, portent des noms de divinités - sur lesquelles nous regorgeons d'informations le plus souvent inutiles. Poudre aux yeux qui fait système avec la gloire efficace du "règne" : elle ne nous demande qu'une seule chose, et c'est de l'acclamer unanimement. Mais aux marges, c'est-à-dire à travers un territoire infiniment plus étendu, cheminent d'innombrables peuples sur lesquels nous en savons trop peu, donc pour lesquels une contre-information apparaît toujours plus nécessaire. Peuples-lucioles quand ils se retirent dans la nuit, cherchent comme ils peuvent leur liberté de mouvement, fuient les projecteurs du "règne", font l'impossible pour affirmer leurs désirs, émettrent leurs propres lueurs et les adresser aux autres." (p.133-134)

On peut lire aussi le très bon article de Pedro Babel : ici.

et la revue de presse : ici.

4 commentaires:

Gwen a dit…

... on peut l'écouter aussi sur France cul chez Veinstein.. Ce que j'ai justement fait ce midi, face au Mont Fuji...

Simon Melmoth a dit…

la classe....

Serge Martin a dit…

C'est un de ses meilleurs livres non parce qu'il est court et fort mais parce qu'il déplace les habitudes intellectuelles françaises et se distancie avec bonheur d'Agamben. merci pour ce passage qui demande de continuer bien loin des poudres aux yeux pour entendre les lucioles...
Serge Martin

Simon Melmoth a dit…

un livre-manifeste ; une ligne de conduite à tenir : écouter et continuer à voir les lucioles..