lundi 30 juin 2008

we can be heroes




Julio Cortazar
(1914-1984)

"En littérature, il n'y a pas de bons thèmes ni de mauvais thèmes, il y a seulement un bon ou un mauvais traitement du thème."

lundi 23 juin 2008

on dit que...

On dit souvent qu'il n'y a plus d'écrivains, plus d'auteurs, que tout fout le camp. C'est vrai, Cossery vient de mourir, et ça fait un écrivain de moins. Mais c'est faux aussi, car Rufin vient de rentrer sous la coupole, et ça fait un immortel de plus.

C'est faux, encore, car Jacques Henri Michot vient de faire paraître un nouveau texte : La vie, l'amour, la mort chez Al Dante. Et JH Michot c'est un vrai écrivain... alors lisez-le.

L'ABC de la barbarie du même auteur est paru en 1998, tiré à 700 exemplaires, et il est toujours disponible... alors non, il y a toujours des écrivains, mais j'ai un peu peur que ce soient les lecteurs qui deviennent rares.







we can be heroes






Albert Cossery
(1913-2008)

samedi 21 juin 2008

en pile, en vrac, je ne m'en sors pas...(II)


et comme je viens de trouver plus d'une dizaine de disques de Hans Werner Henze,

oui, j'ai vraiment besoin de vacances...

en pile, en vrac, je ne m'en sors pas...


voilà la pile des livres qui m'attendent :

Raymond Federman, Surfiction
Guillaume Belhomme, Morton Feldman
Guillaume Belhomme, Dolphy
Pierre Senges, Fragments de Lichtenberg
Patrick Wald Lasowski, Guillotinez-moi
Etienne Celamre, Triste après l'amour
Enrique Vila-Matas, Explorateurs de l'abîme
Richard Powers, La chambre aux échos
Michaël Moorcock, Jerry Cornélius
Lutz Bassmann, Avec les moines soldats
Vollmann, Central Europe


et je me disais récemment, "tiens, je lirais bien L'Homme qui rit"...

est-ce raisonnable ?

en tout cas besoin de vacances...

samedi 7 juin 2008

we can be heroes





Morton Feldman
(1926-1987)


"Because music is the most stressful thing to write. And it’s in the stress, the balance of what you think and how you could apply it. You just can’t get an idea, it has to go into the darkroom and materialize itself like a negative. That's its instrumentation. You just can’t get an idea and send it to Paul Zukofsky, it has to be on paper, it has to be articulated, and it has to be not a hackneyed idea. It’s a lot of stress, a lot of stress."

mardi 3 juin 2008

toujours là...

Le premier disque de jazz acheté :






et je crois qu'il n'y a pas une semaine qui ne se passe sans que je le mette dans ma platine, et que je remercie celui qui m'a conseillé de l'acheter.

dimanche 1 juin 2008

lazare et les morts


On raconte que Lazare, après sa résurrection, sentait si mauvais que les enfants s’enfuyaient à sa vue. Un corps qui fétide, de la viande qui tourne, une odeur nauséabonde de vie après la mort. 
On raconte qu’il devint par la suite, le saint patron des lépreux. Saint patron des peaux détachées, des peaux décollées, des peaux en lambeaux. Saint patron des petites taches pourprées, des peaux épaissies, durcies, enflées. Saint patron des peaux arrachées. Saint patron des grosses tumeurs, des tubercules violacées, des poitrines pendantes. Saint patron des membres qui tombent, des membres qui se séparent, des têtes rongées, des nez rognés, des yeux creusés, des bouches informes, des doigts affinés, des jambes creusées, des vivants qui sont morts, qui ressemblent à des morts, qui sont des morts, mais qui sont vivants. Saint patron de l’épouvante qui cloue les lèvres. Gaîté fétide.